Immobilier ancien : À quoi s’attendre au second semestre 2021 ?

Alors que nous sommes à mi-parcours de l’année 2021, il est l’heure de dresser un premier bilan ! Comment se porte le marché de l’immobilier dans l’ancien actuellement ? Quels sont les pronostics des professionnels de l’immobilier pour le second semestre ? Prix, volume de transactions, intentions d’achat, Paris versus province… On fait le point.

Un volume de transactions spectaculaire

Après une année 2020 finalement très bonne, les experts de l’immobilier annonçaient que les prix des logements allaient continuer à grimper dès le début d’année 2021.

Six mois plus tard, le constat est clair, les pronostics concernant la hausse des prix étaient justes. Le marché de l’immobilier ancien s’est montré particulièrement dynamique sur cette première partie de l’année et devrait continuer sur sa lancée au second semestre 2021. Nous vous conseillons notre article sur l'immobilier dans l'ancien pour en apprendre plus.

D’après les propos recueillis auprès de Laurent Vimont, Président du groupe Century 21 France, le volume de transactions pourrait atteindre 1.1 million sur toute la France d’ici la fin de 2021.

Le marché est en « surchauffe », le début de l’année est excellent et l’on peut s’attendre à la même vitalité au second semestre. Sur le réseau Century 21, les volumes de ventes enregistrés sont 6 % supérieurs à ceux de 2019 (année considérée comme record) sur la même période.

Du côté de la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM), le constat est le même. Le groupe compte 1 080 000 ventes pour ce premier semestre 2021 soit une augmentation de 4 % en un an.

Le marché de l’ancien affiche donc une santé exceptionnelle !

Le moral des acquéreurs et l’envie d’investir sont au beau fixe

Finalement, la crise sanitaire n’a eu que peu d’impact sur le marché immobilier. Certains projets ont été repoussés certes, mais l’envie d’investir des ménages est plus que jamais présente.

La pierre reste une valeur refuge absolue pour les Français qui la considèrent comme un investissement fiable et durable.

Selon, le dernier Baromètre FNAIM-IFOP, la confiance des ménages dans l’investissement immobilier est intacte malgré la crise et l’incertitude économique qui en découle !

L’indice de confiance dans l’investissement immobilier est même plus élevé en juin 2021, qu’en début d’année 2020 : 102 contre un indice de 100.

Ce baromètre indique également que 58 % des acquéreurs et 55 % des vendeurs estiment qu’actuellement la conjoncture est favorable à l’achat ou à la vente d’un bien immobilier.

Du côté du réseau Century 21, les chiffres récoltés confirment également cette tendance. Les acquisitions destinées à l’investissement locatif, n’ont d’ailleurs jamais été aussi élevées. elles représentent 30,5 % des ventes du réseau et ont été multipliées par 2 en 10 ans.

Les prix de l'immobilier dans l’ancien en 2021 s’envolent

Sur le marché immobilier de l’ancien, en pleine vitalité, la hausse des prix est aussi significative.

Le réseau Century 21 enregistre de nouveaux record historiques en terme de prix des logements. Ainsi, le prix moyen au m2 au premier semestre 2021 est de 6.8 % supérieur à celui enregistré sur la même période l’année dernière pour les ventes de maisons. Concernant le prix moyen au m2 pour les ventes d’appartements, il a lui aussi augmenté de 4 % par rapport à l’année 2020.

Selon la FNAIM, le prix moyen du m² pour l’acquisition d’un logement en France est de 2 892 €. Pour plus de détails :  le prix moyen du m2 pour les appartements s’établit à 3 916 € et à 2 364 € pour les maisons.

Ces chiffres sont une indication et concernent les données recueillies par chacun des groupes au sein de leur propre réseau. Toutefois, ils indiquent très clairement la même tendance : les Français privilégient désormais la vie en maison individuelle. La part des maisons dans les ventes de biens anciens a nettement augmenté depuis le 1er confinement. De nombreux propriétaires ont choisi de quitter les centres-villes pour aller s’installer en périphérie ou dans des villes moyennes au calme afin de pouvoir bénéficier d’un lieu de vie plus grand avec un jardin.

Le marché immobilier parisien décroche au profit des villes moyennes…

Si sur tout le reste du territoire, le marché immobilier se montre très dynamique cela n’est pas le cas à Paris… En effet, les professionnels constatent un recul des prix de l’immobilier pour la première fois depuis plusieurs années !

Selon les chiffres de la FNAIM, les prix des biens anciens dans la capitale ont baissé de 0,9 % par rapport à l’année dernière. Désormais, si vous souhaitez devenir propriétaire d’un appartement ancien à Paris, comptez 10 371 €/m2 en moyenne. Par ailleurs, le volume des transactions est lui aussi en baisse et a chuté de 16 % depuis le début de l’année 2020.

Vous l’aurez compris, en Province, c’est la tendance inverse qui s’observe. Les volumes de vente tout comme les prix sont à la hausse. Terminé, l’attrait pour les grandes métropoles, ce sont désormais les zones rurales et les villes moyennes qui ont la cote !

Les professionnels du secteur remarquent également un engouement particulier des ménages pour les villes de l’Ouest, telles qu'Angers, Brest, Poitiers ou encore Caen.

La crise sanitaire et le développement du télétravail ont définitivement accéléré cette tendance déjà présente depuis quelques années.

À noter que les chiffres concernant le marché parisien sont à nuancer. Selon le président de Century 21, cette baisse reste relative, car les prix sont similaires à ceux observés en 2019. Par ailleurs, la clientèle étrangère habituellement très active sur ce marché devrait faire son retour dans les prochains mois ou en 2022 quand la situation sanitaire s’améliorera. Paris reste une ville de placements et de pied-à-terre où l’investissement locatif atteint d’ailleurs un record historique : 32,3 % du total des transactions réalisées. 

Le second semestre 2021 devrait être tout aussi dynamique sur le marché immobilier hexagonal, à condition tout de même que les taux d’intérêts très bas (1,1 % en avril 2021) ne remontent pas dans les mois à venir. Enfin, ce qu’il faut principalement craindre reste la pénurie de logements en France qui risque encore de s’accentuer… 

 

Retrouvez chaque mois toute l’actualité immobilière sur le blog de Jeune Vision’ère !